Lozère: Terre du milieu

02 The Lord Of The Rings (Howard Shore) - Concerning Hobbits

Ca y est,  nous sommes en plein dans les hostilités de notre tournée d’été. Et on continue le marathon avec 6 dates en une semaine. Après Vaour samedi dernier, nous attaquons donc à la Lozère pour 4 jours de concerts. Logistique difficile oblige, nous laissons Max et Léa nos ingénieurs son et lumière à la maison pour affronter à 9 la terre du milieu de la France : Les Cévennes. Tiens, ça me rappelle quelque chose ça…

Petit musique d’ambiance.

 

Jour 1 : C’est ainsi que la communauté des neuf se met en marche, direction le massif cévénole, ce lundi 12 aout. Le chemin sera probablement éprouvant et semé d’embuches jusqu’au Mordor-Vallée Française.

6 heures de destrier rouge plus tard, nous voilà en terres cévenoles, les routes du pays sont tortueuses et notre monture profite pleinement des quelques haltes dans les auberges de bord de chemin pour respirer.

A notre arrivée dans le petit bourg de St Germain de Calberte, le plateau est déjà monté, et l’homme du Rohan, Marco, est déjà prêt à nous aider dans notre quête. Nos routes s’étaient déjà croisées par le passé, en mai, où l’homme robuste avait déjà fait montre de ses talents de guerrier-technicien derrière la console.

Son fidèle acolyte, Guillaume du Gondor, est là aussi, à l’accueil artiste et à la lumière.

21H30 et c’est la première bataille de la terre du milieu. Les hordes locales et les mercenaires touristes se mélangent dans un doux vacarme. Très bel accueil du public Lozerois, de quoi réchauffer le coeur des 9 aventuriers pour la suite de l’épopée.

La nuit nous portera dans les profondeur des Cévennes, quelques un chez Oscar, blottis dans les montagnes, et d’autre à l’abri sous les lourdes pierres des demeures d’Andrea.

Jour 2 : La nuit sera courte mais réparatrice malgré une attaque d’araignées presque géantes. Pas de doutes, l’ennemi était en mouvement pendant la nuit, il faudra être prêt à dégainer les instruments des fourreaux à la moindre occasion.

Notre hôte Oscar souhaite nous nourrir avant de nous laisser reprendre la route. Nous acceptons l’invitation de ce Radagast des temps modernes et reprenons quelques forces avant de mettre le cap sur Florac.

Les sympathisants sont nettement plus nombreux ce soir, presque un millier selon l’organisation. Mais les mouvements hostiles de la nuit ne nous ont pas trompés, les ennuis ne font que commencer…

22H, les mediums du circuit de façade et des circuits retour lâchent inexplicablement. Le son des enceintes en prend un coup… Marco est aux abois, mais nous continuons à tenir ferme la barre du navire et traçons notre route à travers le set en essayant de rattraper tant bien que mal les déficits sonores. Marco hurle au milieu de la foule de festivaliers assoiffées, mais finalement, les mediums refont leur apparition pour la fin du concert, juste à point. Nous terminons nos 1H55 de set sur les rotules, en plein milieu du champ de bataille. Nous trainons nos blessés en sureté pour la nuit et pansons nos blessures. Les corps commencent à être bien fatigués, mais la quête doit continuer…

Jour 3 : Un peu de repos en ce matin du 3ème jour d’escapade. Puis nous traversons à nouveau la Lozère, direction La Malène afin de prendre conseil auprès d’un Ent  avant d’attaquer l’ascension de la Montagne du destin. Et ce vieil arbre a eu la bonne idée d’élire domicile en plein milieu de la scène du village. On vous l’avez bien dit qu’on était proches de la nature…

Le concert est peu houleux dans la fosse. Nous profitons de l’occasion pour passer nos titres proprement. Marco veille sur nos arrières ce soir, nous ne nous ferons pas embusqués aussi facilement… Le son, après 3 jours de travail, commence à grossir dans les façades… Nous regagnons notre gite étape et préparons d’arrache-pied l’expédition du lendemain.

Jour 4 : Direction le Mordor et la ville de sainte-croix vallée française que tous les locaux nous ont promis comme une terre où les enragés feront surement trembler le sol. Le tarn, notre allier de toujours, nous portera jusque dans le ventre de la bête…

La descente du fleuve est lente mais sûre malgré quelques attaques d’Huruk-Hai. Nouvelle compo inside.

Les échauffourées laissent des traces, et nous sommes presque à bout de force quand nous arrivons à notre Mordor.

Nous nous restaurons au MicMac, une vraie salle de bal mobile complétement psychédélique perdue au beau milieu de la forêt. Unique en son genre…

22H30, nous montons sur scène, le Mordor accuse quelques soubresauts sur le début du set. Le monstre v a t il se réveiller?

22H50 c’est l’explosion, ça hurle à foison, le gens dansent dans de grandes gerbes d’étincelles.

23H45 : Fin du set. Le rappel semble incontournable.

00H15 : Nous sommes toujours sur scène après 4 rappels

00H30 : Nous partons en improvisation, le public est chaud bouillant.

00h40 : Dernier baroude d’honneur et cette fois ce sera vraiment le dernier.

Bilan de ce soir : 2H10 de jeu et 6 rappels. Record battu! Sainte Croix, vous avez été à la hauteur de votre réputation, et vous avez fait cracher le feu!

Un grand merci à tout le monde pour l’accueil sur ces 4 jours cévenoles, ça c’était de la véritable exploration!. Merci à Oscar, Andrea et Guillaume pour les hébergements, à Marco au son qu’on espère recroiser très vite, à Ingrid pour l’invitation, à Cédric pour la lumière jeudi soir et à Basile pour la première. Big up aux pizzas fruit de mer d’Azureva La Malène, aux saucisses aux herbes lozéroises et à vous tous venus tailler le bout de gras au détour d’un plateau.

A bientôt Terre du milieu et tes paysages magnifiques.

Nous on reprend la barre direction Varaire avec Sergent Garcia demain dans le lot.

No comments

Post a Reply

logo facebooklogo twitterlogo Grooveshark logo Bandcamplogo SoundCloud