Le ballet des essuie-glaces

IMG_2334

On parle souvent du micro-climat toulousain. L’exploration de ce week end nous montrera que ce n’est probablement pas qu’une légende…

Nous quittons donc la ville rose sous un soleil radieux ce samedi 12 octobre, direction le Festival Eklekzik, à bord de notre nouveau camion, ainsi que de notre très vieux compère rouge du Wacklabel. Ca commence à faire déjà pas mal de souvenirs enfouis dans ce destrier de métal : des pneus crevés sous la neige au Puy-en-Velay, un gros week-end de 2000 km pour le FIMU à Belfort, un combat contre des mobylettes pour le Festival Rock’n Solex à Rennes, un affrontement de gladiateurs dans la Phoce aux lions à l’Espace Julien de Marseille, ou encore une grande aventure d’une semaine dans le Mordor Lozérois. Les deux véhicules se toisent. Comme deux époques qui se confrontent, comme un signe pour nous faire mesurer tout le chemin parcouru.

Au moment de quitter le périphérique, nous ne nous doutons pas que l’Aveyron nous réserve encore bien des surprises… Le département se remémore surement nos précédents affrontements lors du Roots’Ergue et du Rastaf’Entray 2012, et prépare sa vengeance. Si de votre coté, vous ne vous remémorerez rien :

-Article du 21/05/12 : Péripéties Aveyronnaises
-Article du 27/10/12 : Interférences sur les ondes

Première halte, Aéroport Toulouse-Blagnac pour récupérer les potos des Dirty Honkers, en arrivage direct de Berlin, victimes des déboires de la SNCF sur la ligne Toulouse-Rodez. On charge leur matériel dans les camions et nous filons bon train sur l’A68. Nous dépassons Albi, la ville mère, et il commence déjà pleuvoir. C’est évidemment ce moment que choisi notre essuie-glace avant gauche pour se briser, manifestement mal fixé… Et la brume nous encercle déjà…
Nous l’échangeons avec celui de droite, pour gagner de la visibilité depuis le siège de conducteur. Mais rien à faire, il est mal fixé à sa base, et refuse d’opérer son maudit ballet de gauche à droite. Il va falloir regarder entre les gouttes du pare-brise pour avancer…

Nous franchissons le pont de Tanus et son vide béant, puis nous bifurquons de notre itinéraire pour rejoindre le centre équestre de La Mélonié, qui nous avait déjà accueilli pour le tournage de l’épisode 3. Les 3 allemands s’échangent un regard inquiet, perdus au beau milieu de la campagne française dans un camion hésitant, sans essuies glaces, dans la brume et sous une pluie battante… « Hey guys, what’s this? »
(Le monde à l’envers ou la charrette du 21ème siècle.)

 Nous trouvons la bonne clef, réparons le malencontreux et remettons le cap sur notre objectif : Luc-La-Primaube, évidemment toujours sous la pluie.

Arrivée sur le site, l’association 12touch nous met rapidement au chaud. L’accueil est chaleureux et bienveillant, et les loges nous invitent déjà au voyage…
Nous nous régalons des produit locaux, la 12touch sait soigner son accueil, à n’en pas douter.

Nous montons sur scène, l’esprit conquérant, devant une salle clairsemée. En même temps la capacité d’accueil de la salle est tellement immense qu’il faut faire beaucoup de bruit pour remplir l’espace! Petit à petit la température grimpe et nous faisons feu de tout bois. Les conditions techniques sont parfaites, ça aide à faire monter la mayonnaise!

Nous quittons la scène contents de nous, et la clameur semble continuer. Est ce la salle qui résonne ou est ce les gens qui s’égosillent vraiment? En tout cas il faut vérifier et nous terminons le spectacle par notre rappel maudit : France Express.

Les Jukebox champions enchaînent de leurs pads et programmations endiablés. Nous ne manquons pas de noter la superbe incursion de leur maitresse de cérémonie au chant pour sa première presta. Certains s’en rappelleront plus que d’autres… Puis c’est au tour des Dirty Honkers, manifestement rassurés d’être arrivés à bon port.  Certains d’entre nous viendront partager un petit bout d’improvisation sur scène en leur compagnie. C’est toujours l’occasion d’essayer un nouvel instrument…

La nuit est houleuse pour certains qui rentreront grâce aux navettes des bénévoles, laissant notre nouveau véhicule seul à la salle. Au petit matin, nous devons donc nous entasser dans notre viel ami rouge afin de rejoindre la salle depuis l’hôtel. Et évidemment l’Aveyron n’allait pas nous laisser partir comme ça….

11H30, barrage de police en plein milieu de nulle part. En sureffectif, nous devons évidemment nous arrêter pour passer à la caisse! Et l’addition est salée : dépassant 9, le nombre de personnes autorisées à être transportées par un Permis B, nous sommes catégorisés comme conduisant un véhicule de transport collectif sans permis. C’est pas beau ça? Notre infraction se classe donc au même rang qu’ Hanny D. (plus connu sous le pseudo de robin des bus) qui aura au moins eu le mérite, lui, d’arraché le toit de son bus avant de devoir sortir le chéquier.

Notre camion blanc rigole en voyant une partie du groupe arrivée à pied. Il nous l’avait bien dit de ne pas le laisser là tout seul!

———–

Un petit dimanche de presque repos et on redémarre : cap sur l’hôtel de région ce lundi 14 pour la soirée Internationale de La semaine de l’étudiant en compagnie de The Hot Dogz, formé des compéres de Billy Hornet et Scarecrow. Nous attendions sont discours avec impatience, mais malheureusement le président MALVY ne nous honorera pas de sa présence. Snif…

A notre entrée sur scène les presque 1000 personnes de la salle sont déjà chauffées à blanc. Ça saute ça danse, à droite à gauche de la scène et même sur le balcon! Impressionnant, les étudiants étrangers Toulousains s’en donnent à cœur joie, et nous aussi par la même occasion. Une belle soirée de plaisir partagé, vous avez fait trembler les murs de l’hôtel de région, et ça doit pas arriver tous les jours!

Un grand merci à tous pour un nouveau week end éprouvant! Immense chapeau à l’association 12touch pour l’accueil ce samedi. Malgré les coupes budgétaires, les intempéries, et les contrôles de police vous n’avez pas encore une fois pas lésiné sur les moyens concernant l’accueil du public et des artistes. Bravo pour l’épreuve de funambule! Merci à Guillaume pour l’invitation, Fabien et tous les bénévoles pour l’accueil. Une pensée spécial pour les cuisiniers, vous avez égaillé la soirée de nos estomacs! Et évidemment la bise aux Dirty Honkers pour cette aventure pas vraiment de tout repos…

On remercie aussi Zelda pour l’invitation Lundi. Belle initiative réunissant tous les étudiants étrangers de la région. Affluence record cette année. Un bisou à Thomas et Christelle à la régie, speedos et toute l’équipe d’audio-lum avec qui tout roule toujours comme sur des roulettes à la technique.

Quant à nous on ré-enfile les tenues de scènes sales du week-end et on part sans attendre sur le tournage des épisodes 4 et 5 de notre websérie. Il est temps de faire plus ample connaissance avec N°16…

No comments

Post a Reply

logo facebooklogo twitterlogo Grooveshark logo Bandcamplogo SoundCloud