Actualités

Ici sont consignées nos dernières actualités, notre journal de bord de tournée, nos billets d’humeur, ou nos dernières créations…

Tournée de Printemps 2013

La conquête de la France continue :

TOULOUSE – RENNES – BORDEAUX – BELFORT – LE PUY EN VELAY…

C’est ici pour ne rien manquer de nos prochains rendez-vous!

Bleu comme un citron

Azad Lab Bikini 7

Jamais une erreur les mots ne mentent pas comme disait Paul.

Le Bikini nous ouvre ses portes en première de Biga Ranx ce 5 avril.

Décollage en douceur dans une salle juste mythique.

On hisse les voiles.

Et la tempête éclate.

Merci à Maxime à la régie, Quentin, Momo et ceux qu’on oublie à la technique, à toute l’équipe d’accueil, et à vous tous toulousains venus en nombre. Une pensée pour l’humble Biga, belle rencontre et à la troupe d’Ackboo pour la diffusion d’amour.

Demain annonce des dates de la tournée de printemps, ça va faire des bulles!

Fête de la musique : Place du Capitole

Ca y est c’est confirmé : nous ferons la fête de la musique à la maison! Et pas n’importe où, nous foulerons les planches de la mythique scène place du capitole, rendez vous incontournable pour quelques dizaines de millier de noctambules assoiffés de musique.

Un grand merci à toute l’équipe de programmation de la mairie de Toulouse, promis on se montrera à la hauteur de la tâche qui nous incombe pour faire résonner le savoir faire local dans rues de la ville rose! Merci également à Joël des grands Zebda pour la logistique, et à toute l’équipe du tremplin décroche le son 2012 qui nous offre ce cadeau surréaliste.

On attaquera les hostilités à 23H30, on vous attend de pied ferme pour célébrer la plus longue journée de l’année, et surement la plus longue nuit aussi!

Quand la grenouille complote

Aidée par plusieurs dizaines de bénévoles qui pour cette huitième édition du festival universitaire Complot sur le campus ont vu les choses en grand, la grenouille des étudiants nous accueille ce soir à Rodez.

Forts d’une semaine de résidence passée à Sainte Croix-Volvestre début mars, dans le chaleureux giron de la salle Art’Cade et de ses tenanciers, merci à eux, nous voici donc dans la capitale du Rouergue, tous les onze, fermement décidés à conquérir un public aussi nouveau pour nous que l’est notre spectacle. Infidèles d’un jour, ce n’est pas à sauts de grenouille mais à pas de loups que nous appréhendons l’impressionnante salle des fêtes de la ville.

Un soleil radieux, beaucoup de rires, et une cathédrale bienveillante plus tard rien ne semble manquer à l’appel. Une question demeure néanmoins : où est donc la grenouille qui complote ? Nous le comprenons très vite, elle est nulle part et partout à la fois, puisque mascotte de l’évènement elle ne se veut que simple allégorie d’un esprit tout en écologie et en épopée champêtre. En effet le festival de cette année résonne une fois de plus avec des préoccupations « bio-diversifiées ». Des ateliers pédagogiques organisés par d’increvables bénévoles, et une exclusivité accordée pour l’occasion aux toilettes sèches aident très vite nous autres musiciens et festivaliers à se mettre au vert. Après un peu de repos pris à l’hotel, un repas savoureux et quelques échauffements nous montons sur scène comme sur un nénuphar. « Peu nombreux mais plein d’énergie et de générosité » voilà la perception que nous avons du public venu pour l’occasion à notre descente de scène. La grenouille avait même prévu des navettes Albi-Rodez pour que les étudiants albigeois puissent continuer à honorer ce festival inter-cités donc, et inter-étudiants. Merci à elle !

Un grand merci également à l’association Faz12 et à Amandine et aux autre groupes présents!

Bas les masques!

IMG_8593

29 Mars, Semaine de l’environnement, Montpellier.
Avant même le départ les univers grondent. Ils s’entrechoquent avec fracas. Surement pour savoir qui prendra le dessus sur l’autre. La grande aventure qui nous pousse inexorablement sur les routes à partager collectivement l’exploration ? Ou la raison d’un avenir professionnel  viable hors du milieu de la musique qui nous racole à grand coup de sécurité sociale, de sécurité de l’emploi et de sécurité affective.  « Un vrai métier » qu’on appelle ça.


Le choc des dimensions ne se déroule évidemment pas sans encombres et nous laissons au passage une partie de l’aile droite du camion. Car aujourd’hui notre fidèle destrier rouge vogue sans nous vers d’autres horizons et c’est un de ses camarades gris qui nous transportera. Première date sans lui depuis bien longtemps, ça ne lui a manifestement pas plu et il joue des interférences cosmiques pour nous porter malheur.

Nous mettons le cap sur Montpellier et la semaine de l’environnement, et nous savons déjà que les conditions seront très difficiles. Les étudiants héraultais, à l’image des français, sont privés d’espace public par un système administratif procédurier et la soirée de clôture du festival est déplacée sur un terrain privé dans le très grand jardin d’un courageux aventurier ! Et l’évènement est évidemment totalement illégal.

Le téléphone sonne, on nous dit de prendre les bottes. A notre arrivée nous jugeons du conseil : le terrain imbibé d’eau n’est à l’instant qu’une immense mare de boue. Mais les battantes fourmis de l’ouvre tête sont là, affairées aux quatre coins du site à construire le terrier éphémère de quelques centaines de festivaliers pour la soirée, contre vents et marées.

Les conditions techniques sont difficiles, et sans surprises les nuages noirs pointent le bout de leur nez. Une pédale multi effet nous lâche pendant les balances.

Les univers veulent en découdre, mais nous ne participerons pas à cette mascarade et nous décidons donc de monter sur scène sans nos costumes de scène, sans nos décors. A poil, bas les masques, retour à l’essentiel, on improvise un set dénué de toutes mise en scène. On fait du brut, sans se cacher derrière son personnage, on se montre tel que, la musique pour la musique. C’est grisant. La sauce prend d’elle-même, et nous rions de bon cœur avec un public les pieds dans la boue. Très gros feeling sur scène, une expérience à part entière. Max au son et Léa à la lumière font des miracles, ça tourne rond dans l’équipe. Si l’univers veut saper notre motivation à l’aube de faire tous les sacrifices pour le projet, nous sommes prêts à endurer les coups et à faire front ensemble face à l’ouragan. On a faim. Et on va se battre.

Grand merci à Silas et Maria aux manettes pour l’invitation. Evidemment à toute l’équipe des bénévoles qui aura su faire face à la privation d’espace public à disposition pour proposer une alternative à l’alternatif. Le combat est compliqué, mais l’ouvre-tête il en a dans la caboche…  Merci à Laurent pour l’accueil technique et à la Capitelle pour l’hébergement, à qui on avait juré le retour il y a un an, parole tenue.

Prochain rendez-vous en eaux moins troubles ce vendredi, 20H au Bikini (Toulouse) avec Biga Ranx et Ackboo. Entre temps on vous annonce une grosse nouvelle…

logo facebooklogo twitterlogo Grooveshark logo Bandcamplogo SoundCloud