Capitoli

azad lab capitole 6

Dantesque !

Hier soir, 23H30, fête de la musique, la place du capitole a tremblé. Et ce n’est pas une image, plusieurs personnes nous ont formellement rapporté que le sol de la place a littéralement tremblé sur notre dernier morceau « In Full Swing » alors que les quelques milliers d’affamés faisaient décoller leurs pieds du sol en cadence. Il parait que les vigiles du parking souterrain juste en dessous de la scène ont versé quelques gouttes de sueur en sentant les piliers du ventre du capitole bouger…

Voilà, à peu près deux mois que la commission de la mairie a validé notre passage place du capitole pour le 21 Juin, après la victoire de l’an dernier au tremplin de la ville « Décroche le son » qui nous offrit cette opportunité. Deux mois que nous avons posé les bases de ce qui allait devenir l’expédition capitole, expédition hautement capitale pour nous. Deux mois de préparation, de stress, de création et d’attente pour affronter notre plus gros rendez vous de l’année. Et nous ne comptons pas le manquer. C’est ainsi que nous décidons d’inviter notre dernière recrue, N°16  pour la première fois sur scène.

N°16 est un robot, un robot qui fait le lien. Ce lien que nous essayons de tisser entre les différentes facettes artistiques de notre projet. Au sein de notre webserie, N°16 est un mystérieux projet conçu par les étranges ateliers CRMTX. Il semble avoir été commandé par Walton pour 9 explorateurs en quête de sens et d’aventures, nul ne connait encore le but de cette opération. L’épisode 4 nous en révélera surement plus à ce sujet… Au sein de notre spectacle live, N°16 est un robot découvert sous un drap par Humfred et le tortueux Marvik, dans ce qui semble être une salle d’expérimentation d’un grand laboratoire, comme le suggèrent les samples narratifs de l’introduction du concert si on tend bien l’oreille…

N°16 fait le lien donc, et c’est à ce titre que nous décidons de tourner l’épisode 5 de notre websérie en live, place du capitole, histoire de rajouter encore un peu plus de pression à l’évènement. C’est donc tout naturellement que les Pénitents du droit chemin happèrent pour l’occasion une bonne partie de la dernière promo du BTS audiovisuel des Arènes et de L’ESAV venue en masse et bénévolement pour assurer la captation de ce moment magique. Pas moins de 8 caméras, 12 batteries, 6 cadreurs, 3 crosses épaules, 11 objectifs, et 1 régisseur vidéo. Thibault, aux commandes, a fait cracher le talkie walkie pendant tout le set pour faire graviter les électrons cadreurs Pierre, Hugo, Mathilde, Jeremy et Sebastien aux quatre coins de la scène. Nous étions 21 dans l’équipe hier soir… Oui, car nous n’oublions ni Marin, comédien fraîchement diplômé du conservatoire, suant à grosses goutes sous le costume de N°16, ni « N°17 » des copains de Grosso Modo à son chevet pendant tout le spectacle pour huiler les engrenages. Merci à vous tous pour l’expérience commune, pour le temps pris pour le projet et pour les moments de stress partagés avant la scène, ca fera des souvenirs pour la maison de retraite…

Nous mettrons rapidement en ligne un TEASER et probablement un montage du concert. Si Clovis le veut.

Plus les jours défilent, plus nous restons scotchés aux bulletins météos. La pluie, notre ennemi du quotidien, ne nous laisse pas de répit et menacera de tomber massivement jusqu’à la dernière minute. Mais le public lui reste de marbre, comme scotché sur le parvis du capitole, malgré les quelques gouttes.

23H25, le capitole gronde déjà. Les éléments se déchainent. Une bourrasque de vent nous fait frissonner, et emporte une guitare au passage. Et hop, un capteur cassé, une corde en moins pour le spectacle. Il va falloir se battre.

Le spectacle semble durer 5 minutes. Tout passe très vite, les impressions se mélangent aux pressions, et le set explose dans un vacarme assourdissant.

Nous quittons la scène abasourdis, déjà tristes de la laisser derrière nous, alors que nous savons que les horaires très stricts ne nous permettront pas de revenir. Nous attendons quelques secondes en backstage pour profiter de l’instant quand tout à coup Jean-Phillipe, régisseur plateau, surgit de l’ombre pour nous suggérer à l’oreille de revenir sur scène et de prendre sur le changement de plateau, pour achever l’exploration.

Le cadeau est immense, nous espérons avoir été à la hauteur de la tâche. Tout s’est emballé rapidement pour nous, et nous essayons de travailler d’arrache pied pour suivre la cadence. 18 mois d’existence et c’est déjà le capitole, on en revient toujours pas…

Du fond de tous nos cœurs merci à Michel Mathe, Joël Saurin, Jean-phillipe, toute l’équipe technique aux petits soins, Camille à l’accueil artiste et toute l’asso APOIRC. Et évidemment à vous tous venus en masse hier soir, vous étiez probablement plus de 10 000, on attend la jauge exacte pour vous en dire plus. Vous étiez juste monstrueux, et vous avez fait rentrer le moment dans notre histoire.

Merci.

Quant à nous, on enchaine, direction Vic Fezensac avec les sing sing my darling ce soir.

No comments

Post a Reply

logo facebooklogo twitterlogo Grooveshark logo Bandcamplogo SoundCloud