Archives

juillet 2012

Episode 0 : Introspection

DSC00931

Bientôt le premier anniversaire de la naissance du groupe et la trêve estivale pour nous. Le temps de revoir passer à cent à l’heure tout le travail abattu, tous les sacrifices concédés pour cette passion plus que chronovore, en tournée ou en répète. Mais aussi le temps de prendre du recul sur l’incroyable histoire qui relie dix petits être humains tentant de se connecter à beaucoup d’autres.

Il est l’heure du bilan! Et ce bilan nous avons choisi de le faire loin de tout, dans la paisible campagne muretaine, au calme, pour préparer une rentrée tonitruante et un nouveau spectacle. C’est donc sous les hospices d’un homme que l’on devrait cloner pour avoir un peu plus d’amour sur terre que nous entamons une semaine de résidence : j’ai nommé Monsieur Pascal BAJEN, président de l’association les pieds nus.

Au programme des 12 heures de travail quotidiennes : Redéfinition du set, travail des morceaux, sampling, développement de l’univers, jeux de scène, communication, décors de scène, booking, tenues de scène… Mais s’il y avait deux choses notables mais non exhaustives à retenir nous pourrions citer le passage des claviers aux machines de notre Humfred national. Ainsi que l’élaboration de samples artisanaux, recueillies dans divers environnements pour les besoins des compositions, ou directement auprès d’inconnus rencontrés dans la rue au gré de nos tribulations. Bref, un spectacle au travers duquel s’exprimera désormais plus que nos simples instruments…

De la sueur, des larmes, de l’électricité dans l’air, mais surtout des moments de pure création partagés. Des rires, des découvertes, des sourires, mais surtout l’impression d’être un dans un tout, d’œuvrer pour un projet qui nous dépasse. Et qui nous a déjà dépassé.

La preuve : quoi de mieux pour clôturer cette année que le festival Ecaussysteme où nous partagerons le plateau avec C2C, Shaka Ponk et Zebda? Une scène si grande qu’elle nous fait perdre la tête et un test impressionnant pour éprouver le nouveau spectacle. Rendez vous immanquable donc, le 4 aout à Gignac! 20H précises.

Pour ceux ne pouvant s’y rendre on vous donne rendez vous aux alentours du 30 aout pour l’annonce des premières dates de la saison 2012/2013.

Un IMMENSE merci à Pascal, toute sa famille, à Bernard de La Théatrerie, et à la ville de Muret pour la mise à disposition des locaux!

Tout en images

Actualisation de l’onglet « Photos » : Ajout des derniers concerts ici!

Profitez en.

g_pause guitare

IMG_0922

g_myrys

IMG_0130

g_Rastaf

DSC_0294

g_curiosités

DSC_0606

g_Larsen

DSC_0612

g_détours

DSC_0925

La tête dans la bassine

DSC_0066

La tête et un pied encore dans le festival A440 d’hier soir, l’autre s’apprête à patauger avec humour, plaisir et chaleur dans une bassine venue d’on ne sait où…

Le Pied dans la Bassine, festival intercommunal organisé cette année dans le village de Sainte Croix nous offre le parvis de son église pour une soirée qui s’annonce déjà haute en convivialité.

Arrivés à 9h45 après un réveil difficile nous sommes tous et toutes enjoués par la beauté des lieux. La pierre blanche éclatante qui les habille vient s’ajouter à la qualité d’un accueil et d’une session de balances rarement égalé. C’est avec étonnement et plaisir que nous découvrons notre scène. Atypique, celle-ci se loge, tout en courbes et modestie, à l’ombre de l’église du village, nous préparant ainsi à un sacre nocturne dédié à la bonne humeur et au partage. « Notre objectif est de conserver autant que possible la dimension humaine et conviviale de notre festival. Voilà pourquoi un site comme celui ci et une programmation comme celle proposée ce soir. » nous confie Jean Marc Fouillade, membre actif de l’association au nom évocateur Les Petites Choses.

Ni une ni deux les balances terminées nous partons pour une après midi chargée. Parmi les derniers préparatifs de notre résidence de la semaine prochaine les courses. Elles auront étés épiques…

C’est finalement aux alentours de 20h que nous regagnons Sainte Croix dans l’optique de ne rien rater des scènes qui nous précèdent. MJ Band, Wally, et Mamien Ko assurent un début de soirée remarquable face à un public venu en nombre pour l’occasion. Merci à eux ! Minuit, c’est à nous. A fond dès le début ce n’est pas les pieds mais bien la tête que nous aurons eu dans la bassine. En apnée pendant prés d’une heure c’est à bout de souffle que nous quittons la scène, emplis comme d’habitude du sentiment du devoir accompli. Celui du partage de ce qui nous anime : la passion pour la musique et plus simplement pour les gens ; ceux qui viennent nous écouter et les autres…

Merci au public de s’être déplacé aussi nombreux ce soir, à tous les bénévoles, à l’association Les Petites Choses, et plus particulièrement à Jean Marc. « Pourquoi Le Pied dans La Bassine ? Parce que c’est comme ça que l’on fonctionne ici et dans nos festivals. Il y a toujours un pied sur terre, dans ce qu’elle a de sérieux et de contraignant, et il y a toujours un pied embourbé dans ce que nous avons d’imprévisible, d’artistique, d’humain. » ajoutera t-il pour conclure une conversation que nous auront eu en fin de soirée…

L’humain se sent parfois pousser des ailes, et en ce qui nous concerne c’est bien portés une fois de plus par celles que nous offre la musique que nous opèrerons notre décollage du lendemain, direction Muret pour une longue semaine de résidence. Objectif…lune !

Des silhouettes dans la pénombre…

DSC_0024

Embarquement à bord de l’A440 pour un festival niché sur les plages du bassin de St Férreol . Louis XIV, lui-même n’aurait rêvé mieux, pour animer les abords de son innovant projet.

 

Journée d’égarement à travers une pinède dangereusement envoutante :

        

L’heure des festivités sonne, et les premiers accords résonnent. Nous envahirons le plateau sur les coups de minuit. La montagne noire, toute proche, renvoie les vibrations sonores dans un doux vacarme. Le vent souffle, et les embruns lacustres refroidissent l’air de cette fin de soirée. Mais des formes émergent de la pénombre à cette heure tardive pour rallier le devant de la scène, tels des mort-vivants réveillés par les premières basses de Marvick. Unanimité générale au sein du groupe sur le feeling de notre prestation. Une cohésion et une inspiration rarement atteintes en live. Et ça fait plaisir, parce c’est quand même pas à chaque fois !

 

Une belle surprise et une étonnante rencontre avec le public pour partager nos émotions à la frontière de nos racines tarnaises et de nos terres d’adoptions haute-garonnaises. Un grand merci à Ton Thy pour l’invitation, à Laurent au plateau et à Alec notre couleur de béton le temps d’un soir.

 

C’est épuisés mais grandement satisfaits que nous rallions nos domiciles pour profiter de quelques précieuses heures de sommeil avant d’émerger aux aurores pour rejoindre le Festival Le pied dans la Bassine et la tête presque déjà dedans…

logo facebooklogo twitterlogo Grooveshark logo Bandcamplogo SoundCloud